Le 14ème Congrès International sur la Néphropathie à IgA ou Maladie de Berger s’est tenu à Tours du 15 au 17 septembre 2016.

 

 

L’évènement était organisé par le CRI (Centre de Recherche sur l’Inflammation) de Paris, son directeur Renato Monteiro, et sa collaboratrice chercheuse PhD Laureline Berthelot, dans le cadre du réseau international The International IgA Nephropathy Network (IIGANN).

 

Ce Congrès a lieu tous les 2-3 ans depuis 1983 afin d’encourager la collaboration internationale en recherche clinique et fondamentale dans la néphropathie à IgA.

 

Plus de 100 médecins et chercheurs se sont réunis pour échanger sur les dernières données concernant la maladie de Berger.

 

Les équipes de recherche sont venues du monde entier : USA, Japon, Chine, Hong Kong, Canada, Royaume-Uni, Suède, Pays-Bas, Italie, République tchèque, Allemagne, et France bien sûr, ainsi qu’un intervenant islandais de l’Agence Européenne des Médicaments (EMA).

 

L’AIRG-France, grâce à la disponibilité de Marie Pierré, fille de notre Président Roger Pierré, a tenu un stand pendant l’évènement afin d’informer son réseau d’adhérents et de communiquer sur ses actions auprès des médecins.

 

 

DSC_1629[1]

 

 

Nous vous rappelons que le livret AIRG-France sur la Néphropathie à IgA est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.airg-france.fr/les-livrets/

 

Les principaux sujets abordés concernent les processus responsables du développement de la maladie (pathogénèse), les biomarqueurs de prévision de l’évolution de la maladie, et l’innovation thérapeutique.

 

En détails, les présentations se sont succédées sur les thèmes suivants :

 

  • Recherche fondamentale sur le fonctionnement de la maladie
    • origine, caractéristiques, quantité, et localisation de l’IgA anormale
    • création des complexes à IgA
    • fixation des complexes sur les cellules du rein, et impact local
  • Recherche sur les facteurs génétiques
  • Recherche sur le rôle des flores buccales et intestinales dans la maladie
    • étude de la composition de ces flores et comparaison avec des personnes non malades
    • rôle des amygdales
    • rôle du gluten
  • Recherche sur les traitements adaptés, études cliniques, réactions des patients en fonction des protocoles de traitement
    • intérêt des corticoïdes (immunosuppresseurs) en supplément des traitements néphro-protecteurs
    • études sur de nouveaux médicaments en cours de test
  • Marqueurs et facteurs de risque pour l’évolution de la maladie, aide à la décision sur le choix du traitement
    • protéinurie, tension débit de filtration glomérulaire
    • classification d’Oxford (score évaluant la sévérité de la maladie à travers l’observation des cellules rénales)
    • question de l’intérêt de biopsies itératives

 

 

 

 

 

 

 

  • Les actions de l'AIRG-France

Le mot de la présidente

Chers Amis, Je suis impliquée depuis longtemps dans la détresse causée par les maladies rénales génétiques rares... Lire la suite